Intermède européen

Posted on avril 29th, 2009 by Christian

Du 12.03.2009 au 30.04.2009

C’était prévu, je rentre en France voir famille, amis et les inévitables papiers administratifs. Je n’ai pas hâte de retrouver le froid français.
A mon arrivée, il fait gris et très frais. Mimi et les enfants sont là. Quel plaisir de les voir, de les toucher ! Dans la voiture, vers la maison, je reconnais le paysage. Je remarque les constructions nouvelles et surtout les voitures, des modèles nouveaux que je ne connais pas, que je n’avais pas vu en Amérique du Sud.
Depuis le départ, j’ai mal aux pieds qui ne sont plus habitués à des chaussures couvertes. Les claquettes sont remplacées par des chaussures européennes de gens coincés. Il va me falloir du temps pour m’habituer…
Les enfants vont bien. Ils travaillent sur la préparation de leur site marchand d’habits et de bijoux gothique et rock. Le site devrait débuter courant mai, avec beaucoup de clients, j’espère, malgré la crise.
La maison est occupée par les enfants, colonisée même depuis un an et demi. Je ne me sens plus bien chez moi, Mimi encore moins.
Alors pendant le séjour, nous alternerons un peu chez moi, un peu chez Mimi lorsque sa fille qui vit avec elle sera chez son fiancé. Des nomades, en somme, voilà ce que nous sommes. Alors que sur le bateau, nous étions chez nous tranquilles dans notre intimité de couple.
Je veux voir une longue liste d’amis, Mimi veut voir les siens. Beaucoup ne sont pas libres ou ont leur propre temporalité, avec travail, enfants, problèmes quotidiens. Et puis il y a les vacances de Pâques, avec décalage selon les régions… Bref nous ne verrons pas tant d’amis que ça, pas tant que nous l’aurions voulu. En plus les déplacements sont chers en France pour aller d’une région à l’autre…
Je passe aussi beaucoup de temps à rechercher dans les magasins et sur internet les pièces de rechange pour le bateau. Je cherche un nouvel AIS du même modèle que celui qui a cramé. Sur le net je le trouve de 645€ au double selon les sites et le pays de provenance. Mais certains site ne vendent que dans leur pays ! Il y a des progrès à faire ! Les livreurs apportent les paquets. Tout va bien, j’ai ce qu’il me faut.
Les quais de PragueImmeuble pragoisVieux tramway pragoisLa VtlavaStatues du pont Saint CharlesPont Saint charles
Nous allons à Prague, voir une amie Irakienne de Mimi, qui nous accueille avec toute la chaleur orientale. Prague est une très belle ville, très riche en architecture variée particulièrement en art nouveau. Les immeubles en pierre de taille sont peints de couleurs pastel, avec des décorations de mosaïque, des fresques, des ferronneries superbes.
Ruleeàl’oiseauRuelle à l’oiseaupetite placePoteaux décoratifsBelle façadeVue des hauteurs de PragueUne église dans un parcBelle rueUn thé bien chaudUne belle place
C’est un enchantement de se promener le nez en l’air, à regarder les immeubles. Sur le pont le plus ancien de la ville, le pont Charles, un pickpocket tente de me voler mon portefeuille. Je retiens l’objet alors qu’une main l’enlèvent de ma poche de veste. Le voleur fait semblant de prendre des photos ! Il s’excuse comme s’il m’avait simplement bousculé ! Je cherche un agent de police en vain…
une pénichette manoeuvreUne place de PragueLe métroVitrine de marionnettesLa grande horloge aux automatesUn fiacreMairieSouvenir…RuelleAutre ruelleLa Présidence EuropéenneGigots de cochon cuisant dans la rueGrand place en fêteFaçade de théatreLa vtlavaPic nic par un soleil printanierMimi sur les hauteursLa vieille synagogueMusicien de rueQui?Hilary à Radio LibertyRadio Liberty propagandeLes rives de la VtlavaVoilier sur la VtlavaBitted’Bitte d’amarrageDiscussion sur les quais
Nous sommes si bien à Prague que nous ratons le jour du retour et donc notre avion ! Ce jour là, nous étions parti en excursion dans une ville thermale, Carlovy Vary, lorsque les enfants qui nous attendaient à l’aéroport nous appellent pour nous demander où nous sommes : Dans le car, au lieu d’être à l’aéroport !!!
Karlovy VaryKarlovy VaryMimi goûte les eaux thermalesDes thermesSource thermale chaudeKarlovy VaryLe funiculaireKarlovy VaryEglise hortodoxeRue de PragueLa VtlavaPragueMimi au printempsLa vtlavaLa Vtlava le soirMimiHabits traditionnelsGerbe au monument aux mortsLa garde nationalePort de plaisance de PragueDouceur du soir
Il nous faut trouver un nouveau vol pas trop cher. Ça prend plusieurs jours car pour payer par carte bleue sur les site internet de l’étranger, on me demande une garantie par l’intermédiaire de FiaNet, qui est un peu longue à obtenir…
Nous quittons Prague à regret. Notre amie est triste de nous voir partir.
Printemps à la maisonPrintemps à BloisExpo à Paris
De retour en France, nous allons en Normandie. D’abord chez une amie de Mimi qui nous reçoit comme des rois avec tous les bons produits locaux de la mer ! Nous passons aussi voir un ami à moi dans la peine après que son couple ait volé en éclats et le commerce aussi avec un monceau de dettes… Il y a de bien durs moments dans la vie de certains !
Retour à Paris. Le départ approche. Nous discutons avec Mimi de la suite à donner à notre voyage. Continuer ou rentrer. Mimi qui voulait vendre le bateau, commence à regretter. Moi qui voulais continuer, j’hésite entre le plaisir de continuer à naviguer dans les mers chaudes avec des amis qui y restent, et un retour vers l’Europe pour mieux vendre le bateau et mettre fin à aux charges financières (maison, appartement de Mimi, bateau et réparations…) sans compter la fonte de mes économies avec la crise…
Pour le retour Mimi veut que je prenne un équipier ou veut venir. Moi, je ne veux pas d’elle à bord car elle a eu peur avec 2,5 mètres de houle, alors que dans le nord de l’Atlantique la houle peut être bien plus forte. Que ferais-je d’elle en cas de panique ? Elle ne serait plus une aide mais un handicap. Alors je cherche un équipier sur STW. Quelques personnes ont déposé des demandes pour une transat. Je leur envoie un mail. Un homme d’une cinquantaine d’année, me répond. Puis au téléphone je ne le sens pas bien partant. Ce qu’il me confirme par mail. Une jeune femme de 28 ans serait dispo. Mimi dis que dans ce cas elle vient ! Finalement la jeune femme, n’est pas dispo…
A deux jours du départ, pas d’équipier… Nous allons déjeuner dans le café restaurant d’un frère de Mimi. Nous lui parlons du retour, de la recherche d’équipier. Il nous dit qu’il y a là un ami qui ne fait que ça ! Il l’appelle, nous discutons. Teddy est prêt à prendre l’avion pour Cumaná et à traverser avec moi. Il a déjà traversé une fois dans le sens Europe Antilles et 4 fois dans l’autre sens soit comme équipier, soit comme convoyeur. Il est jeune, la trentaine, il est sympa, on se voit avant le départ. Quoi de mieux ! C’est d’accord, par le plus pur des hasards.
Le départ est pour demain. Je n’ai pas vu le quart des mais que je voulais voir ! Le temps, nous a manqué, je me suis mal organisé aussi surement… J’ai le regret de ne pas avoir vu plus d’amis et de famille, ce sera pour la prochaine fois.
Je suis un peu rassuré sur les enfants qui ouvrent enfin leur site marchand. Pourvu qu’ils réussissent et qu’ils gagnent les moyens de leur indépendance !
J’ai réglé les questions administratives, j’ai fait me déclaration de revenus…
Partir est toujours douloureux. Pour moi, pour Mimi, c’est le cas. Nous prévoyons un retour en bateau avec départ vers le 15 mai vers la Guadeloupe, puis on obliquera vers le nord est, vers les Açores où Mimi viendra nous rejoindre pour faire la dernière partie de la navigation vers la France. Puis en attendant de vendre le bateau, nous naviguerons vers l’Espagne, le Portugal. Se posera alors la question d’aller en Méditerranée ou vers Madère, les Canaries, l’Afrique pour une année de plus…
Les paris sont ouverts. Les hasards et les rencontres décident parfois…